Ok Boomer, le manager post-covid arrive !

De toute crise ressort immanquablement du positif et certains managers pourraient – parfois fort heureusement ! – être submergés par la vague post-covid.

Comme les résultats 2020 seront catastrophiques dans toutes les entreprises, on ne manquera pas de s’interroger sur le manque de vision, le conservatisme, les mauvais choix de court terme ou les techniques de management de certains de nos dirigeants ; dès lors, il y a fort à parier qu’un renouvellement générationnel intervienne rapidement dans les comités de direction. Davantage que toute politique incantatoire impulsée par les pouvoirs publics, cette transformation initiée au sein même des entreprises risque d’être fondamentale pour structurer une nouvelle vision de l’économie de demain.

Il faut s’en féliciter, car le logiciel 5.0 de l’entreprise performante reposera sur une gestion décentralisée de compétences atomisées, de réseaux d’expertises parfois multi-entreprises, d’équilibres bâtis sur la confiance au sein des équipes et surtout sur la contribution positive de l’ensemble des richesses humaines du groupe.

La pratique du  « reverse mentoring », désormais fréquemment observée dans les entreprises les plus apprenantes et qui permet aux « digital natives » d’initier les dirigeants aux possibilités du numérique, ne serait alors que la première étape d’une évolution où le « bottom-up » pourrait avantageusement rééquilibrer le « top-down » ou le (multi)matriciel. De la même manière, le « peer learning », l’enseignement par les pairs, démontre chaque jour à quel point il permet d’engager l’ensemble des collaborateurs et être source d’innovation.

Transmettre les bonnes compétences, se régénérer, mieux se former tout au long de la vie, laisser les jeunes générations s’approprier les leviers dans l’entreprise… voilà de beaux chantiers pour les DRH et les managers soucieux d’engager leurs collaborateurs et de travailler leur « marque employeur » !