Les CFA régionaux vont devoir se réinventer… rapidement

A l’heure où les CFA d’entreprises se multiplient, des pédagogies numériques innovantes émergent, de nouveaux besoins apparaissent et les financements publics se tarissent, aucun véritable ajustement n’a pourtant jusqu’à lors été entrepris au sein des CFA régionaux.

graphique graduate CFA

Pourtant, après la réforme de la formation professionnelle et du financement de l’apprentissage en septembre 2018, les présidents de Région s’étaient immédiatement inquiétés, évoquant la disparition probable de 30 % de leurs CFA, souvent davantage positionnés dans une logique d’offre et d’aménagement du territoire que de réponse aux demandes des entreprises.

La probable réduction des recettes des CFA dès la rentrée 2020 (moins de subventions, moins d’apprentis dans le contexte post Covid-19), va dès lors imposer à la collectivité régionale une nécessaire revitalisation de son réseau d’apprentissage, afin d’éviter les ajustements trop tardifs, toujours plus brutaux et infiniment plus coûteux.

Graduate la bonne idée

La première figure imposée sera de revisiter la cartographie de l’offre de formation, en densifiant ce qui doit l’être, en préservant la rentabilité de ce qui est appelé à décroître et surtout en ayant le courage de mettre progressivement un terme à des formations et des parcours qui n’ont plus de pertinence économique.

Les CFA devront ensuite travailler leur attractivité et leur « stratégie marketing »

Ce concept demeure cependant largement méconnu dans la sphère publique (où il n’est d’ailleurs jamais enseigné) mais il est aujourd’hui incontournable. Quel est l’état de la concurrence (CFA CCI, de branches…) ? Quels sont les prix de marché et comment l’établissement est positionné ? Quels sont les avantages concurrentiels ? Ou sont les points faibles ? Comment proposer à une entreprise de devenir une composante de son nouveau CFA d’entreprise ?

Ce virage doit également embarquer un volet pédagogique ambitieux, reposant sur une véritable stratégie numérique allant bien au-delà des réponses apportées à la va-vite en matière d’enseignement à distance lors de la crise sanitaire. De nombreux modules de formation, gratuits mais certifiés, labellisées qualité et éligibles aux financements publics existent sur le marché et devraient a minima être plus largement intégrés dans les parcours. Mais quel CFA dispose d’une véritable compétence en matière d’ingénierie pédagogique pour procéder à ces adaptations ?

Enfin, le pilier de l’alternance reste la mise en relation efficace des écoles, des alternants et des entreprises. Or là encore, bien peu de dirigeants de CFA se sentent véritablement responsables de l’identification des entreprises partenaires, du sourcing de leurs apprenants ou de la promotion de leur établissement. 

Le chantier est vaste…